Et si le plus dur était de rester…

Un titre un peu spécial je l’accorde pour ce post. Aujourd’hui je m’interroge (et je vous parle) sur ce besoin incessant d’aller vers le nouveau. Combien de fois avez-vous, avons-nous prononcé ces mots: je veux le dernier smartphone, je veux être le premier à utiliser ce produit, à acheter ceci ou cela.Combien de fois une entreprise à fait les mauvais choix car voulant suivre ses concurrents ou absolument être la première à se lancer. Je tiens tout de suite à vous rassurer: je suis pour le changement, l’évolution bien heureusement, mais je tiens aussi à dire que l’actuel et l’ancien ont du bon.. et que des fois être en capacité de dire: je reste pour les bonnes raisons, est une bonne solution.

Et puis, l’environnement pousse aussi au changement. Coté Web, tous à peu près sont à la recherche du « nouveau Facebook », du remplaçant de Google (Qwant, etc.), de la nouvelle idée qui deviendra la référence et qui finira, plus ou moins certainement, par être achetée par un des mastodontes actuels.

D’où ma question, n’est-il pas plus dur pour tout un chacun de rester sur ce premier réseau social utiliser, de continuer à se servir de son smartphone plutôt que de courir vers ce nouveau bijou.. Car soyons francs, si l’on y regarde de plus près, il y a-t-il tant de nouveau dans ces « nouveautés » ? Nos téléphones prennent certes des photos de plus en plus nettes, mais ils servent encore à appeler 😉 Facebook, même s’il perd des utilisateurs dans les pays développés, continue de générer une quantité gigantesque de données et d’interactions…Les nouveaux réseaux et outils bénéficient certes d’un buzz important (parfois à juste titre), pour autant, combien durent réellement..

Mais plus qu’un choix individuel d’être à la pointe de la nouveauté, d’être le référent dans son cercle d’amis ou bien d’impressionner ses connaissances, je pense que le plus dur est le regard et les demandes de nos proches. Le jugement, ce regard que nous porte notre entourage, amène beaucoup d’entre nous à évoluer, à prendre ce nouveau qui nous tend les bras en oubliant et laissant ce passé qui nous a amené là où nous sommes.

Et coté technologique, il en va de même. Facebook a grandi grâce au nombre: quand tous tes proches sont sur la plateforme et que toi non, tu as tendance à suivre le mouvement, non??

keep-calm-and-stay-still-please

Et rester dans tes manières de faire, sur les plateformes que tu as connues, peut paraître bien souvent comme une volonté d’être « anti-changement », « anti-technologie. Et il est vrai ce Web et ces nouvelles technologies poussent toujours en avant et nous forcent à évoluer.

Pour autant, est-ce si mal que ça ? Je prends mon cas, je suis présent sur Facebook depuis 2007; Twitter : non je n’ai jamais vraiment compris et surtout je ne me suis jamais trouvé assez pertinent pour y être; LinkedIn: oui; Les Instagram, Pinterest ou Snapchat): non; Whatsapp: oui. Aujourd’hui je suis bien avec ces plateformes et je trouve, à ma petite mesure, que j’arrive à les contrôler (un bien grand mot, plutôt à avoir l’impression de les utiliser par trop mal). Et c’est vrai que je ne me vois pas en changer.. Suis-je un cas isolé, j’ose croire que non..

Rester signifie aussi comprendre, apprendre de son comportement, des ses agissements, et mesurer pour mieux faire. L’expérience a du bon non ?

Et vous alors, pouvez-vous imaginer rester ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s